Photo à la une © Otto Zinsou

La cinquième édition du Festival Magnétique Nord revient à La Station Gare des Mines, du 12 au 15 décembre. Plus d’une vingtaine d’artistes avant-gardistes, forces vives de la techno à la noise, de l’expérimental aux sonorités les plus froides se réunissent, et mettent à l’honneur le mythique club Robert Johnson, à Francfort.

L’hiver est là, assurément. Mais s’il y a bien un lieu de refuge hiver comme été, c’est bien la Station Gare des Mines, qui accueille ce week-end la cinquième édition du Festival Magnétique Nord. Lancé en 2014 par le collectif MU, activiste des premières heures en matière de fête libre à Paris, ce rendez-vous s’attache depuis sa création à croiser techno brute et culture rave en réunissant une série de voyages dédiés aux artistes « en marge » et autres fleurons avant-gardistes.

On le sait, faire la fête, ça n’est pas que réunir un défilé concentré des têtes d’affiches du moment sur lesquels on pourra se vanter d’avoir dansé, mais bien revenir, édition après édition, pour l’ambiance et le professionnalisme sans failles de l’organisation. En 4 ans, le festival a écumé tous les spots des quartiers Nord, du 6b à l’Aérosol, du Garage MU à La Marbrerie, jusqu’à atterrir à Aubervilliers, sans changer une once de sa recette gagnante.

Pour fêter sa cinquième édition, le festival met cette année à l’honneur le célèbre club et label de Francfort, le Robert Johnson, fief et haut lieu de la musique électronique depuis 1999, unique en Europe pour réunir chaque week-end ses clubbers avertis. Toute la semaine, du mercredi au samedi, s’y relaieront les forces vives et obscures de la techno, de la noise, du hard et autres expérimentations pointues.

© Anais Lalitte

Le festival s’ouvrira « en douceur » mercredi par une projection entre cinéma élargi et performance artistique de 19h à 23h, avant d’attaquer le dancefloor dès le jeudi avec trois lives de haute volée, dont le post-punk brutal de The Callas, la cold wave glaciale de Selofan et les synthétiseurs noirs de Hord. L’événement se poursuivra ensuite tout le week-end, vendredi et samedi de 20h à 6h, avec plus d’une vingtaine d’artistes qui feront durer les plus grands marathoniens sur deux scènes intérieures, et des projections quotidiennes. Entre lives et DJ sets, SIDABroken English ClubToreschblack midiModernaShazzula VulturaWr2oldAtaOliver Hafenbauer ou encore Chinaski viendront livrer prestations rares et débridées, volutes gothiques, martèlements techno, expérimentations noise et invocations psychédéliques. Prévoyez également un after qui durera le dimanche jusqu’à midi, avec l’excellent Job Sifre, le résident des Champ Libre SpunOff, Fatma Pneumonia et X1000, le résident des BP.

Raison de plus de courir le marathon : le pass pour toutes ces festivités est à seulement 30€.

Retrouvez toutes les infos et la billetterie sur l’événement Facebook et sur le site de la Station Gare des Mines. Tentez de gagner vos places via notre jeu concours.