Photo à la une © D.R.

Aux Etats-Unis, des « Covid Party » ont vu le jour et inquiètent fortement les autorités contre cette pratique jugée « extrêmement dangereuse« . Le principe : organiser une fête où l’un des participants, porteur du Covid-19, contaminerait les autres afin de « s’auto-immuniser » contre la maladie. 

Ce mercredi, les autorités américaines ont mis en garde contre l’organisation de nouvelles fêtes. Le concept : organiser une fête avec des personnes non infectées, mais dont l’un des participants est porteur du Covid-19, afin que ces dernières puissent le contracter et être ensuite immunisées. 

Une centaine de contaminations liées à ces « Covid Party »

Dans le comté de Walla Walla, à 400km de Seattle, une centaine de cas de contamination auraient ainsi été liées à ces « Covid Party », a déclaré John Wiesman, responsable de la Santé de cet État du nord-ouest du pays. « Des rassemblements de ce genre au beau milieu de la pandémie peuvent être extrêmement dangereux et exposent les gens à un risque accru d’hospitalisation et même de décès », a-t-il alors averti. « On ignore si les gens qui ont guéri du Covid-19 bénéficient d’une protection à long terme. Il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur ce virus, y compris des problèmes de santé qui pourraient perdurer après l’infection. »

Selon Meghan DeBolt, responsable de la santé du comté de Walla Walla, le suivi des personnes infectées a montré que certaines d’entre elles s’étaient délibérément exposées au virus. « Nous ne savons pas quand ça a lieu, ce n’est qu’après coup que nous entendons parler de ces cas », a-t-elle rapporté à un journal local. « Nous demandons la liste des personnes avec qui elles étaient en contact et il y en 25 parce qu’on était à une « Covid party« . » 

Les États-Unis restent le pays le plus touché par le virus, avec plus de 1,2 million de cas recensés et 73 000 morts. 

De toute évidence, l’organisation de ces fêtes n’est pas une bonne idée. Restez prudents et respectez les consignes de sécurité sanitaire.