Photo en une © Theo Bourgeot

Les 11 et 12 octobre, la deuxième édition du festival Entente Nocturne revient dans Le Kilowatt, à Vitry-sur-Seine, au pied d’une ancienne centrale électrique. Alors que 7000 personnes s’y étaient réunies l’année dernière, plus de 20 collectifs vont à nouveau proclamer l’État de Fête.

Alors que beaucoup de festivals parisiens, français, européens et internationaux font le pari de la guerre aux têtes d’affiches et aux styles cloisonnés, le jeune festival Entente Nocturne fait office d’exception intéressante. Le projet : rassembler 24 collectifs de musiques électroniques de tous horizons musicaux, techno, house, deep, minimale, micro, disco, funk, mais aussi trance ou dub, tous connaisseurs et expérimentés, pour proclamer l’ « État de Fête » général. 

Après une première édition à succès qui avait rassemblé 7000 festivaliers sur deux jours l’année dernière, le deuxième opus de l’Entente Nocturne Festival reviendra dans l’immense lieu atypique d’une ancienne centrale EDF au Sud de Paris, à Vitry-sur-Seine. Son nom tout trouvé : le Kilowatt, accueillera une nouvelle fois leurs cinq scènes et de nombreux acteurs survoltés, prêts à en découdre.

© Romain Guédé – Z-Photo

Parmi les collectifs prévus, s’y retrouveront cette année ceux qui font danser Paris et la France toute l’année : 3672 TechnoArtBeat RecordsBass ParadizeCosmic TrainDoppler ParisGuacamoleHORS-SOLIncrease the GrooveItinéraireBisKumquatLa QuarantaineLatence SoundsystemLe KilowattMaison BérylNatarajaNewtrackOne One SixOréades ProdParis Dub SessionRGS CollectiveReshuffle MusicSoeurs MalsainesSignal SpaceVryche House, et d’autres qui pourraient bien rejoindre la fête d’ici là.

En exclusivité, Entente Nocturne dévoile aujourd’hui la première vague d’artistes qui se produiront avec ces collectifs. Côté minimal, micro et autres sonorités deep, comptez le « rominimal » de Praslea, mais aussi le représentant français Marcelo Cura. La techno ne sera pas en reste avec le set expérimental de Jonas Kopp, les accents rave du parisien Brulée, résident de la Quarantaine, et le mélange entre techno industrielle et acid d’Opäk. Les amateurs de rythmes plus rapides s’attarderont sur les sets de Lutin Des Bois entre trance tribale et progressive, la sélection psytrance de Mosba, ou encore avec Les Enfants Sages entre acidcore et hardtek. Côté dub, reggae et autres heures propices au skank, les soundsystems de Dub Effect Soundsystem et Highly French Dub raviront les plus férus de basses profondes. Enfin, les moins énervés et curieux de pépites house, disco et funk y préfèreront les DJs résidents du collectif HORS-SOL, mais aussi Adjus et Messes Basses du collectif Increase the Groove, la sélection jazzy funk de Dübelu ou encore Fazee.

Le festival réservera aussi une part de choix aux lives machines, avec le showman français Leo Pol entre deep, minimal et acid, mais aussi celui plus électronique du hollandais Radioactive Man. Comptez aussi la techno tapageuse d’Ilivor, les touches industrielles de Keikari ou encore la performance audiovisuelle de Balagan. Reste le live house assez impressionnant de groove du duo Robby & Stupid Flash, entre machines, guitare et synthés, mais aussi l’une des révélations de cette année, Vitess.

Plus d’infos sur l’événement Facebook et la billetterie en ligne