Dure Vie prend des nouvelles de nos artistes préférés confinés en France et à l’étranger. Aujourd’hui, c’est au tour de Mad Rey de nous dévoiler son quotidien entre « dub, digg, bounce et phonk« , sacré programme…

Où es-tu confiné ?

Je suis confiné dans le sud de l’Essone avec Tamaya (ma copine), dans une demeure on ne peut plus somptueuse.

Qu’est-ce qui t’inspire en ce moment ? 

Mon inspi du moment passe par une nouvelle temporalité (et donc disponibilité), qui me permet de me replonger longuement dans des albums classiques comme ceux des Daft par exemple ou dans des playlists Youtube 600% rare funk. Je m’émerveille des mix, je prends note, je bosse h24, à donf.

Si on passait la journée avec toi, ça ressemblerait à quoi ? 

Mad day : réveil 8h00, kiwi + thé, étirements 20 min, douche froide, coffee & cigarette, 9h30/10h STUDIO + gelato ou OG (ça écoute les sessions, ça réécoute les bails de la veille, ça dub, ça digg, ça bounce ça phonk…), un peu « d’admin » s’il y a : emails, interview Dure Vie, interview France 2… L’aprem j’avise, je peins, ou je taffe sur d’autres bails, puis je retourne dans le son fin de journée. Si j’ai la motivation je bouge courir avant l’apéro. Enfin, apéro et tout ce qui s’en suit. Le soir ça chill, ça lâche des galipettes, des Scrabble, et voilà mamen. 

Le confinement a-t-il un impact sur ton rapport à la musique ? 

Oui et non, mes journées « types » ne changent pas beaucoup, j’ai mes rituels, mais en même temps comme je disais, la temporalité a changé : on a beaucoup plus de temps pour soi, ça permet de bosser les mix, de repenser un live pour la maxi teuf d’après cette shit, répondre patiemment aux interviews, réfléchir aux nouveaux projets, expérimenter, plus, mais aussi et surtout de dubber des phonk dès que j’ai envie et faire des galipettes. 

Comment appréhendes-tu cette période de confinement concernant ton métier ?

J’ai une vision positive qui me laisse penser que les conséquences de tout ça sont très intéressantes pour nous-autres acteurs de la scène artistique. On va tous avoir envie de faire la fête d’abord ! Et puis on aura je l’espère envie de faire les choses encore mieux, d’avancer dans le BON SENS. 

Et puis, tout ce temps de production intensif, de digging, réflexion et retour à une vie simple et nécessaire bien que confinée, permettra sans doute un gros renouveau qui nous fera pas de mal. En ce qui me concerne je suis bouillant et j’attends avec impatience de pouvoir retourner dans le club. La frustration est une source de motivation sale.

T’es-tu lancé un objectif pendant le confinement ?

Oui mon objectif était de remonter un live set. Pour le moment il est hybride dj/live car très peu de matos, et je voulais pouvoir le jouer en direct sur mes réseaux pour me faire la main et kiffer la vibe avec ma communauté. Donc opération en cours. Je termine aussi un projet d’album pour sûr et une mixtape d’edits gratuits si dieu le veut.

Tu peux nous décrire ton setup ?

Mon set up est simple : Ableton Live, contrôleur akai MPK mini, Cyclone TT-303, akai XR20, Yamaha HS7, Gelato, vinyles en carton.

La production en ce moment, c’est plutôt pour quelques heures ou jusqu’au bout de la nuit ?

Mon record se compte en minutes, je plaisante, j’en ai aucune idée je compte pas. Everyday cooking.

Le meilleur plat avant ou pendant une session ?

Le meilleur plat avant ou pendant une session, tu le sais, je vais te répondre le grec mais c’est plus possible alors le poulet rôti mayo pommes dauphines.

Ton occupation pour faire une pause ?

 Je fais des galipettes, je parle aux oiseaux.

La première chose que tu feras quand le confinement sera levé ?

J’irai embrasser ma famille. 

Vous pouvez suivre Mad Rey sur Facebook, Soundcloud et Instagram