Des fois, on craque : vous ne venez pas de tomber sur une interview classique. Dans ce format Inside Out, comprenez un entretien one shot avec des questions décalées et improbables, pour découvrir un DJ ou un producteur. Aujourd’hui, focus sur le duo marseillais Dub Striker, pour la sortie de leur nouvel EP house Birds Of A Feather sur le label lyonnais Happiness Therapy.

Depuis quelques années, le duo marseillais Dub Striker est devenu une référence incontournable de la scène française. Ce vendredi 13 mars, leur nouvel EP de 5 titres Birds Of A Feather sort sur le label lyonnais Happiness Therapy, et sera suivi d’une tournée de trois dates à Marseille (le 13 mars au Baby Club), Lyon (le 14 mars au Paradox puis au Terminal) et enfin à Paris (le 20 mars au Panic Room). Leur titre « Computer Games » est à écouter en exclusivité chez nous, ci-dessous. Rencontre. 

La plus grande fierté de votre carrière ?

Avoir fait le warm up de Gerd pour une soirée Imported à La Java. Gerd est une de nos premières grande claque house avec son label 4lux et ses releases sous NY Stomp. Plus récemment, signer enfin notre premier EP vinyle avec un remix d’un mec qu’on admire énormément, Garrett David, et tout ça sur le super label Happiness Therapy

Votre livre de chevet ?

Oliv : Le grand secret de René Barjavel. J’adore la science fiction, je tiens ça de mon père mais je suis pas très assidu quand il s’agit de lecture je dois lire un chapitre tous les 3 mois. Ça craint…

Un morceau improbable que vous écoutez en cachette ?

Wilko : DonDreano – Emmaüs. C’est un dude de Limoges qui commentait nos tracks au tout début de Dub Striker, on a check son Soundcloud et c’était une putain de mine d’or !

Olivier : Pierre Billon – La Bamba Triste.

Avec quel artiste ou personnalité aimeriez-vous partager un repas ?

Benichou TV, grande star Marseillaise !

Votre pire « Random memories » de soirée ?

En backstages de La Java juste avant notre set, un mec inconnu et vraiment éméché qui n’avait rien à faire là, se vantait de venir du 92 sur un ton menaçant. On a finalement réussi à le faire sortir en lui disant qu’on venait de Marseille et que nous « on craint degun !« . Un peu plus et ça partait en filade fada ! (cf un dico marseillais pour comprendre cette histoire). 

Une blague pas drôle que vous pouvez raconter ?

Qu’est ce qui est jaune et qui attend ? C’est Jonathan !

Ce que vous savez faire de mieux hors de la musique ?

Oliv : Du graphisme, de l’illustration et manger.
Wilko : Organiser des soirées ! 

3 morceaux qui ne quitteront jamais votre DJ Bag ou ta clé ?

Wilko : Mikki Funk – « Master Groove« 
Olivier : Iron Curtis – « Sweet Romancer« 
Wilko & Olivier : Solar House – « Got 2 B U« 

Si vous deviez vous réincarner en animal ?

Parce qu’on aime dormir… 
Wilko : En bon gros chat ronronnant !
Olivier : En koala. 

Le vinyle le plus précieux que vous possédez ?

Honnêtement on ne regarde jamais la cote de nos disques vu qu’on n’est pas revendeurs (en tout cas pas pour le moment), mais on sait que le STRCTR 001 sur lequel il y a notre track « MOOD » est monté à des prix assez effrayants !

Votre premier vinyle ?

Wilko : Paris Underground Trax ‎– Vol.1 sur My Love Is Underground et Bicep – Vision of Love.
Olivier : Fabio Monesi // Deymare ‎– Split Grooves EP – Part. 2 sur Wilson Records. 

Quel artiste ou groupe auriez-vous aimé voir se produire (vivant ou non) ?

Wilko : JU JU JUL !!
Olivier : Parce que je suis nostalgique de mes premiers amours musicaux, Nirvana ! Et JUL bien sûr !

Un rituel avant de monter sur scène ?

APÉROO !

Une machine fétiche / préférée ?

Le Roland Juno-D, un petit clavier numérique tout simple avec plein de patchs classiques, on l’aime beaucoup. 

Quelle est votre passion inavouable ?

Olivier : Plus Belle La Vie, mais c’est bon j’ai décroché !

Votre plat préféré ?

Wilko : N’importe quel plat de ma madre !
Olivier : Je suis incapable de répondre à cette question, j’aime trop la bouffe, choisir un plat au restau est une véritable torture pour moi. 

Un morceau que vous adorez mais que vous ne jouez jamais ?

Wilko : Hissman – Paper Moon EP, le disque est tellement raw que j’ai jamais trouvé le moment propice pour le jouer.
Olivier : Roza Terenzi – Weakest Link (D Tiffany remix), je sais pas, à chaque fois j’ai envie de le jouer et je me dis… non pas maintenant ! Puis au final je le joue pas…

Si tu devais sampler une BO de film ?

Wilko : Blade Runner direct !
Olivier : Je suis allé voir Queen & Slim récemment, la BO est géniale : du Roy Ayers, John Coltrane à côté de The Pharcyde ou Slim Thug, y’a des samples à tout va ! Sinon la BO des 4 Saisons d’Espigoule que je vous conseille fortement de mater. 

Quelle question auriez-vous aimé que l’on vous pose en interview ?

Wilko : Comment va Paddy, ton chat ?

Un endroit complètement insolite où vous rêveriez de jouer ?

Dans L’ISS (ndlr : Station Spatiale Internationale), en apesanteur !

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

Wilko : Leif – « Circumstance 4« , par ce qu’il est sublime et ce jeu de Hat… Damn !
Olivier : GU & Sean Haley ‎- « I-94« , parce que c’est organique à souhait, ça groove et cette tension tout le long… pfiou !

Le disque que tu regrettes de ne pas avoir acheté ?

Wilko : Le Freerange Records Colour Series : Grey 09 Sampler avec Jimpster, Milton Jackson, Arithmetics et Himan. 
Olivier : Variable Frequency Technician ‎– The Arrival, c’est un alias de Casey Tucker, tout le disque est dingue, je crois que je vais craquer et payer le prix fort !

Une anecdote « Dure Vie » à nous raconter ?

Les retours de gigs en Ouigo, t’as pas vraiment décuvé et là y’a une famille avec un bébé et un gamin de 5 ans qui s’installent dans le carré devant toi… Un classique, mais quel enfer !

Vous pouvez suivre Dub Striker sur Facebook, Soundcloud et Instagram. Leur EP Birds Of A Feather est disponible en commande ici, et retrouvez en exclusivité le titre « Computer Games » sur notre chaine Soundcloud ci-dessous.