Birmingham, ville aux intérêts multiples selon les aspirations de chacun. Les amateurs de musique retiendront que les UB40 et Electric Light Orchestra en sont originaires, ceux de série TV mettront l’accent sur la dimension ”old school gangsta” apportée par les Peaky Blinders, enfin les passionnés de cinéma pourront profiter du plus vieux cinéma d’Angleterre encore en activité. Dans l’idée d’une ‘city’ ayant connu un essor industriel sans précédent dès la fin du 19è siècle, Birmingham s’inscrit dans cette continuité avec une atmosphère propre aux villes d’Angleterre. Pour autant, on ne tombe pas dans le cliché d’une ville à la gloire passée bien souvent synonyme de 100% rien à y faire.

Que faire l’été quand il n’y a plus personne ?

En tant que deuxième plus grande ville d’Angleterre, Birmingham jouit en général d’un seuil d’activité minimum relativement agréable qui empêche de trop tourner en rond. L’été est également l’occasion de balades bucoliques aux alentours de la ville. La campagne anglaise offre l’opportunité de s’aérer l’esprit et de sortir des sentiers battus afin d’avoir votre propre vision de l’Angleterre rurale.

city-tour-guide-arminj-birmingham-canal-dure-vie

Le QG pour boire des verres ?

Comme toute bonne ville anglaise, on croise des pubs à tous les coins de rue. Si on y retrouve en majorité cette atmosphère spéciale mêlant chaleur et odeur de malte, certains valent particulièrement le détour. Pour ma part le Victoria Pub et le Sunflower Lounge ont cet avantage d’avoir su préserver cette ambiance en y ajoutant des groupes de rock locaux qui viennent régulièrement y jouer. De bonnes découvertes tant sur les bières hebdomadaires que sur la musique.

city-tour-guide-arminj-birmingham-victoria-pub-dure-vie

Où trouver les meilleurs disques de la ville ?

Ville musicale avant tout, on trouve de très bons disquaires en ville. On connaît l’influence de la culture anglaise en terme de musique, vous y trouverez donc sûrement votre bonheur.

– Swordfish Records, avec une superbe offre tant sur le rock que sur la musique électronique (au sens large), et des belles surprises.

city-tour-guide-arminj-birmingham-perry-rainbow-venue-swordfish-records-dure-vie

The Diskery, avec une collection impressionnante d’originaux. Plus axé sur le rock et ses dérivés (progressif, folk, psychédélique…), le shop a aussi une offre de dingue niveau jazz, soul et funk. Si votre dada sont les 45t 4 faces originaux de Devo, UFO, Television ou Al Green, vous savez où aller. Le gérant vous offrira sûrement avec une tasse de thé si vous prenez le temps de discuter avec lui.

city-tour-guide-arminj-birmingham-perry-rainbow-venue-the-diskery-dure-vie

city-tour-guide-arminj-birmingham-the-diskery-dure-vie

Que faire pour un premier date ?

Assez cliché, mais il y a un excellent restaurant : Purnells (un peu cher) où l’on vous servira un menu pouvant être divisé en 9 étapes gastronomiques avec de bons conseils sur les vins pour chacune d’elles. Conclusion favorable inévitable après ça.

Un lieu où perdre sa dignité ?

En descendant Digbeth, ancien quartier industriel et aujourd’hui devenu véritable vivier créatif, vous rencontrerez une multitude d’endroits appropriés à cet effet. Dans ce coin, les clubs aux orientations musicales intéressantes ne manquent pas. Le Void Digbeth vous offrira l’occasion de faire une bonne teuf dans une ancienne église située non loin des arches des anciennes voies de chemin de fer datant du début du siècle. Le sound-system y est puissant, l’atmosphère crade et les prix assez cheap. Orientation musicale: house & techno, avec pas mal de locaux dans le booth.

On reste sous les arches avec une institution de la nuit à Birmingham: The Rainbow Venue. Avec plusieurs lieux allant des pubs (The Spotlight) au hangar désaffecté (The Textil Factory) en passant par le club (The Blackbox), le collectif vous offre de quoi commencer votre soirée à 18h au bar d’un de leur pub, pour enchainer avec le club et l’after qui suit derrière. Véritable machine de guerre en tant que promoteur de la scène électronique, la programmation se veut aussi éclectique. Évidemment, le gratin de la scène house et techno se succède chaque week-end derrière les platines. Mais les soirées grime et hip-hop sont d’autant plus folles de part leur ambiance plus alternative au classique 4/4. Je garde un souvenir mémorable d’une teuf avec Spooky Bizzle qui s’est terminée en véritable zoo.

city-tour-guide-arminj-birmingham-perry-rainbow-venue-dure-viecity-tour-guide-arminj-birmingham-perry-rainbow-venue-outside-dure-vieUn lieu où chopper un sandwich à 5h du mat’ ?

Comme la vie est bien faite (si, si), en remontant le même Digbeth vous constaterez qu’entre les débits de boissons et de débauches, pullulent des lieux où chopper de quoi éponger la soirée. Du classique kebab à la part de pizza, vous ne manquerez pas de profiter également de l’indémodable fish & chips (on n’est pas en Angleterre pour rien).

Une bonne adresse pour bruncher ?

Les anglais ne sont pas forcément connus pour leur art culinaire. Néanmoins, je recommande The Old Joint Stock où vous apprécierez (en plus du lieu qui est grandiose) une spécialité locale de 3 différentes pies (sorte de tourte à la viande, pomme de terre et légumes), chacune accompagnée inévitablement d’un demi de Ale. Le tout est présenté sur une tasting board. Si vous en avez marre de la bière, sachez que l’endroit fait également d’excellents petits-déjeuners et des plats spéciaux pour le dimanche.

city-tour-guide-arminj-birmingham-old-joint-stock-dure-vie

Le Trocadéro (eh oui!) sert aussi de super petits-déjeuners anglais ainsi que des formules brunch / buffet le dimanche.

city-tour-guide-arminj-birmingham-trocadero-dure-vie

Le meilleur plan pour chiller le dimanche ?

Les canaux de la ville sont super pour aller se ballader et profiter de l’ambiance locale. Pour les dingues de culture, passez à l’Ikon Gallery ou au le Birmingham Museum and Art Gallery, ouverts et gratuits tous les jours.

Un peu en-dehors de la ville, on trouve un stade de Greyhound pour les courses de lévriers. Une expérience assez amusante pour découvrir un must de la culture anglaise. Non loin se trouve le Perry Hall Park, idéal pour se balader ou simplement y perdre son temps.

city-tour-guide-arminj-birmingham-perry-park-dure-vie

Arminj : FACEBOOK / SOUNDCLOUD / RA

EN ÉCOUTE · Foreign Inspiration EP / Godot Lab Records :

Soundcloud / Youtube / Bandcamp