Photo à la une © Le disquaire Syncrophone

Le Centre National de la Musique vient d’adopter deux nouvelles mesures pour soutenir le secteur de la musique française, dont un million d’euros pour les acteurs de la musique enregistrée et de l’édition musicale, et jusqu’à 35 000€ d’aides pour les structures de spectacles. 

Le 15 mai dernier, le Centre National de la Musique a voté deux nouvelles mesures pour modifier et renforcer son soutien aux professionnels de la filière musicale, durement touchés par la crise sanitaire et l’arrêt de leur activité. 

Renforcement du fond de secours 

Le renforcement du fond de secours aux TPE/PME du spectacle de musique et de variétés (d’un montant de 11,5 millions d’euros), sera adapté à l’allongement de la période d’arrêt d’activités de ces structures, imposé par la crise sanitaire. Si l’attribution de l’aide était fondée sur « leur prévision de trésorerie au 30 juin 2020« , le CNM l’a modifié en fonction « sur une appréciation prévisionnelle globale de la situation financière des demandeurs, du 1er mars au 31 août 2020. » Le plafond de l’aide pourra passer de 8500€ (initialement) à 35 000€. Les collectivités territoriales pourront également apporter leur concours au fonds, et rehausser le plafond des aides à condition qu’ils soient dans les territoires concernés. 

Création d’un fonds de secours pour la musique enregistrée et l’édition musicale : labels, disquaires, distributeurs 

Ce fond de secours est financé par des crédits du ministère de la culture, à hauteur d’un million d’euros. Co-géré par la création musicale (FCM) et le Club action des labels et des disquaires indépendants français (CALIF), l’aide sera disponible pour les disquaires, distributeurs et producteurs phonographiques, et réservé aux TPE dont l’économie dépend de la commercialisation de supports physiques.

Comme pour le spectacle, l’attribution des aides sera fondée « sur une appréciation globale de la situation financière des demandeurs« , dans la limite d’un montant de 1 500 € pour les disquaires, 10 000 € pour les producteurs phonographiques et 35 000 € pour les distributeurs.

Le CNM précise enfin que son « conseil d’administration a décidé de lancer une large concertation avec les professionnels de la filière musicale« , pour « définir d’ici l’été de l’utilisation future » des 50 millions d’euros mis à la disposition de l’établissement pour 2020. 

Le formulaire de demande ajusté pour solliciter l’aide dans sa nouvelle version est consultable et téléchargeable à partir de ce mercredi 20 mai, sur le site internet du CNM