Photo à la une © Les Observateurs / France 24

Le challenge est devenu viral sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. Suite à la fuite de Carlos Ghosn du Japon au Liban dans un caisson de matériel audio, le « Carlos Ghosn Challenge » a été repris par des centaines d’internautes. Le concept : s’enfermer dans un caisson pour instruments de musique pour parodier cette échappée rocambolesque. Hier, la multinationale japonaise Yamaha est montée au créneau et a mis en garde contre ces pratiques à risque. 

Depuis le début du mois de janvier, l’affaire Carlos Ghosn fascine le monde entier, et fait particulièrement rire le monde de la musique. Le 6 janvier dernier, l’ancien PDG de Renault-Nissan, traqué au Japon pour détournement de fonds et dissimulation de revenus, aurait réussi à s’enfuir au Liban dans un jet privé en se cachant dans un caisson de matériel audio. 

Suite à cette affaire délirante, les réseaux sociaux japonais se sont enflammés. En l’espace de quelques jours, des centaines d’internautes japonais ont posté des photos sur Twitter, via un challenge viral intitulé le « Carlos Ghosn Callenge ». Le principe : se prendre en photo dans une housse, étui ou caisson d’instruments de musique, pour reproduire sa supposée technique d’évasion. 

Le challenge a rapidement pris une ampleur considérable, favorisée par une ère de l’avènement des réseaux sociaux. Un défi qui n’a pas particulièrement amusé la multinationale japonaise Yamaha spécialisée dans la fabrication d’instruments de musique, et qui n’a pas manqué de monter au créneau dans un post sur l’un de ses comptes Twitter : « Nous ne mentionnerons pas la raison, mais il y a eu beaucoup de tweets montrant des personnes se glisser à l’intérieur de grands étuis d’instruments de musique. Il sera trop tard d’avertir après un malheureux accident, c’est pourquoi nous demandons à tout le monde de ne pas essayer« .