Coup dur de la semaine. À Berlin, les clubs KitKat et Sage Club, devenues des institutions, seront contraints de fermer leurs portes en juin 2020 si aucune solution n’est trouvée avec les propriétaires. 

C’est Lukas Drevenstedt, le directeur général de la commission des clubs berlinois qui l’a annoncé au magazine local Berliner Zeitung. En juin 2020, les clubs KitKat et Sage Club, situés à l’angle de la Köpenicker et de la Brückenstraße, seront contraints de fermer leurs portes si aucune solution n’est trouvée.

En cause : le contrat de location n’a pas été prolongé par ses propriétaires. Drevenstedt regrette la hausse des prix devenue ingérable, qui a déjà contraint beaucoup de clubs berlinois de céder la place à des projets de construction, ou de fermer à cause de la hausse des loyers et des plaintes du voisinage (comme le Knaack, le Bassy Club, le White Trash ou le Kingkong Club). 

Avec environ 700 établissements et organisateurs, la scène berlinoise est devenu un ciment de la culture et de l’économie de la ville. Une étude présentée par l’Administration Économique du Sénat en 2019 rapportait notamment que les clubs concentrent près de 58 000 événements par an, et qu’un touriste sur trois vient à Berlin pour sa vie nocturne Un chiffre d’affaires annuel de 1,48 milliard d’euros qui peine encore pourtant à trouver du soutien institutionnel. 

Si Lukas Drevenstedt ne connaît pas encore l’échéance exacte de ces fermetures et les conséquences, il annonce qu’une réunion entre les propriétaires des lieux et les locataires est prévue. Il espère, surtout, que « les gens se rassembleront » pour éviter ce coup dur.