Photo à la une © Maxim Verbueken

Du 29 avril au 1er mai, plus de 100 artistes vont à nouveau jouer au festival HORST, sur l’ancien site militaire de Vilvorde en Belgique. Au-delà d’une programmation riche et défricheuse, ce festival multidisciplinaire inscrit aussi l’art au cœur du projet. 

C’est sans doute l’un des meilleurs festivals d’Europe. Le festival HORST organise sa septième édition du 29 avril au 1er mai dans un ancien site militaire atypique à Vilvorde, en périphérie de Bruxelles. Pluridisciplinaire, l’événement rassemble pendant trois jours musique, art et architecture pour devenir le prisme festif entre un festival, une exposition géante et un laboratoire expérimental de performances.

Parmi les plus de 100 artistes qui sont conviés au festival, plus de 30% sont issus de la scène électronique belge avec la vive intention de mettre en lumière le fleuron local. Et dans ce spectre ultra-extensible en termes de styles musicaux, l’ordre alphabétique des noms d’artistes invite à la découverte. Notre choix se portera notamment vendredi sur l’orfèvre berlinois D.Dan, le back to back explosif entre Dr.Rubinstein et Freddy K, évidemment Palms Trax, Rey Colino le boss de Kalahari Oyster Cult, l’infatigable duo de diggueuses Roza Terenzi et D.Tiffany.

Samedi, direction le set du londonien Christian AB, les queen américaines Eris Drew et Octo Octa, le selector turc Jonny Rock, la boss de LYL Radio Mika Oki, et la figure de l’underground hollandais upsammy. Dimanche, closing du festival avec un de nos coups de cœur de la scène belge AliA, le live de Clara!, Driss Bennis le boss de Casa Voyager, ou encore les indénôtrables Hunee, Midland et LSDXOXO pour le grand final. 

Clou du festival chaque année, Horst confiera la construction de ses six scènes uniques au bureau d’architecture milanais Salottobuono, au studio londonien JAM et au bureau bruxellois Traumnovelle. De nombreux artistes créeront aussi une multitude d’installations et performances uniques dans l’enceinte du festival. 

Malgré son succès grandissant, Horst entend bien rester un festival accessible et intimiste. « Que nous voulions grandir est évident et nécessaire, mais nous avons consciemment choisi de grandir dans le temps, pas dans l’instant. », explique Jochem Daelman, l’un des organisateurs du festival, précisant que « la capacité du festival reste la même, et les prix des billets pour le week-end inchangés. »

Toutes les informations sont à retrouver sur le site internet du festival, et les derniers pass jours sur la billetterie en ligne