Du 5 au 7 juillet, la quatrième édition du Bel’Air festival revient à Saint-Araille, à 30 minutes de Toulouse. Au programme, trois jours, 50 heures de son et deux scènes à la direction artistique entre grands talents internationaux et artistes locaux, house, techno, DJ sets et live. Amateurs de festivals en plein air et intimistes : l’événement est définitivement fait pour vous.

Implanté depuis bientôt 4 ans sur le site bucolique de Saint-Araille, le concept du Bel’Air festival reste le même depuis ses débuts : réunir le réseau local des entrepreneurs, artistes, musiciens et producteurs de la région au sein d’un festival, en mettant un point d’honneur sur le développement économique, culturel et social de la région.

Côté programmation, le Bel’Air investit deux vastes scènes en plein air, dont une principale, qui offriront un terrain de jeu idéal pour les amateurs de house aux sonorités groovy et incursions techno. « On avait envie de faire émerger une scène locale alternative en lui faisant partager la scène Bel’Air avec des noms nationaux« , explique Samori, chargé de programmation du festival. Bel’Air tisse aussi depuis ses débuts un partenariat avec Marrakech, où plusieurs artistes se produiront dans les deux villes. 

Côté talents nationaux, Bel’Air pourra donc compter Lazare Hoche, qui promettra un set House aux nappes hypnotiques comme ceux qui ont déjà enflammé les scènes de Boiler Room ou du Cercle à la Cathédrale Américaine de Paris en 2017, mais aussi DJ Steaw ou les frangins Néo-Zélandais de Chaos in The CBD. Côté techno, Umwelt plongera le site de Saint-Araille dans les abysses avec ses productions indus très sombres aux accents rave, tout comme Mayeul, grand habitué des warehouses parisiennes ou encore le hollandais Falhaber. La force du festival réside aussi dans leur volonté de promouvoir un maximum les lives, en invitant notamment le duo parisien montant Oden & Fatzo et le berlinois Doubting Thomas, pour deux excursions entre minimale et micro house. 

Pour créer un échange entre cette scène internationale et la scène toulousaine, Bel’Air s’engage donc à promouvoir ses local heroes. Comptez Bootie Grove qui proposera une house aux accents soulful et sera accompagné par 2 labels de la région, Label Sphère qui officie entre house atmosphérique, deep house et minimal depuis 3 ans, et les 5 DJ’s et producteurs de 909 Connection, aux accents techno indus et acid. Côté house, vous retrouverez également ALERTAtchoum & Grincheux, la célèbre chaîne Youtube défricheuse CMYKLe Pouls à 120Naconda ou Plug-in Souls, mais aussi un set dub avec Critical Hi-Fi ou la techno de Sombre

En plus de sa programmation éclectique pendant trois jours, de nombreuses activités seront proposées sur place avec des ateliers pour enfants, des cours de MAO et de vidéo mapping ou encore des ateliers d’agriculture et de sensibilisation à l’éco-citoyenneté qui accompagneront des stands de nourriture aux produits issus de l’agriculture locale et biologique. Le festival met un point d’honneur à respecter son engagement responsable et mettra en place des toilettes sèches, gobelets réutilisables, marché de producteurs locaux, constructions en matériaux de récupération ou encore le recyclage des mégots usagés pour en faire du plastique qui servira à recréer du mobilier urbain (génie).

Pour marquer les esprits, le festival compte également sur une statue moaï monumentale de 5 mètres de haut réalisée par Raphaël de Just, qui « sera embrasée au plus fort du week-end si les conditions le permettent ». Une sorte de mini brasier façon Burning Man qui devrait ravir les amateurs de feux de camps en vacances. 

Bonus : le camping est entièrement gratuit ! 

Plus d’infos sur l’événement Facebook et vos préventes dès maintenant sur la billetterie en ligne