Trois jours, 40 heures de son et deux scènes à la direction artistique entre grands talents nationaux et artistes locaux : c’est l’idée toujours plus novatrice du Bel’Air festival qui revient à Saint-Araille, à 30 minutes de Toulouse pour sa troisième édition du 20 au 22 juillet. Amateurs de festivals en plein air et intimistes : l’événement est pour vous.

Ils sont un collectif d’artistes, d’étudiants et de jeunes entrepreneurs dans « l’air du temps« . Parmi les nombreux festivals qui écument aujourd’hui le paysage français, l’équipe de Bel’Air porte la belle initiative d’emmener la créativité des jeunes porteurs de projets au sein d’un même événement avec un motto décidé : « seul, on va plus vite, ensemble, on va plus loin« . L’objectif est de favoriser l’écosystème entrepreneurial, artistique et musical du département de la Haute-Garonne, dans le Sud-Ouest de la France, via ce festival pluridisciplinaire où la musique (résolument house) est le point central. Leur force : un festival homemade, coopératif et intimiste bien loin des grandes industries européennes où l’on se perd dans la masse des festivaliers.

Et l’on ne peut qu’approuver la réflexion de leur travail. Le festival, c’est cet endroit où les barrières sociales tombent, et où le loisir et la réjouissance des congés nous font nous rencontrer les uns les autres. Fini les « likes » et les « match » sur les téléphones portables, bonjour l’entraide désintéressée et la passion commune de la foule pour la musique. La direction artistique prend ainsi le tournant de mêler artistes nationaux et scène locale via une esthétique sonore très éclectique : de la house funky à soulful, de la minimale d’Europe de l’Est au hip-hop, des expérimentations sonores aux live downtempo, au Bel’Air festival, les expériences y seront volontairement multiples pour que chacun y trouve son compte.

Côté talents nationaux déjà bien implantés, on y retrouve S.A.M, l’incontournable membre du trio Mandar qui viendra délivrer son groove chirurgical axé dub techno. Hugo LX, Folamour et Sweely, port-étendards d’une nouvelle génération phare de producteurs français seront également au rendez-vous. Le grand digger et activité de la house music dès ses premières heures, Nick V, viendra délivrer sa grande culture musicale. À noter également le très bon East End Dubs et ses sonorités dub typiques de l’Est londonien.

De nombreux talents locaux et notamment très actifs sur la scène toulousaine sont également prévus au programme, dont Mangabey, co-fondateur du collectif français Boussole Records que nous suivons de près, mais aussi Khalk et Bwi-Bwi, deux producteurs et résidents dont le premier est à la tête de son label house vinyl only Luud Discs. Le duo toulousain Error 508 s’occuperont de la partie techno agressive pour les festivaliers en manque d’adrénaline. La house « des origines » sera également mise à l’honneur avec Dale Cooper, notamment à la tête des soirées dédiées Toulouse House Nation, mais aussi via le duo Fabian L. & Luka très actifs dans le développement du festival, ou encore Le pouls à 120 davantage axé disco.

L’une des bases du festival réside également dans les live, et l’importance de l’instrument dans le production actuelle de la scène électronique. Les performances de Bamdara (congas, piano et samples latinos) ou des duos Domê, Synge et Rachell achèveront de rapprocher public et artistes pour des moments hors du temps. C’est enfin l’aspect familial qui sera à l’honneur avec plusieurs collectifs au programme, dont les marocains de Plug-in souls, le réveil corsé de Petrole, le collectif Label Sphère qui organise notamment des résidences dans le mini-club du Panic Room avec l’équipe de Bel’Air, l’astronef de Loves saves the day, le collectif Paramour et le crew de DJs et producteurs Folklore. Une grande et belle famille où l’amour transpirera à coup sûr.

bel-air-festival-2018-dure-vie

Outre la musique, de nombreuses expériences immersives seront également au programme dont des ateliers pour s’initier à la MAO, du tattoo, un marché de producteurs locaux, des expositions, performances et conférences, du théâtre, des espaces dédiés à la pétanque, l’agriculture, des bar à smoothies et du fooding local, sans compter une boutique vinyle éphémère qui regroupera toutes les sorties des collectifs locaux du festival.

Pour vous faire une idée et vous décider définitivement, quatre événements sont déjà prévus dont deux déjà annoncés le 11 mai au Petit Bain à Paris avec le producteur et DJ Suciu, et le 7 juillet à Marrakech pour une édition dans la même veine que le festival. Le pass 3 jours n’est qu’à… 20€ !

Toutes les infos sont à retrouver sur l’événement Facebook et la billetterie en ligne. 2 pass sont à gagner avec nous via ce jeu concours !