« Faire la fête ensemble, sans frontières, afin de récolter des fonds pour aider les réfugiés ». La cinquième édition de Beats Across Borders revient ce soir au Génie d’Alex, sous le Pont Alexandre III, de 17h à minuit, avec l’objectif affiché de fusionner outre les barrières sociales, les frontières musicales entre musique guinéenne, jazz, chanson brésilienne ou techno orientale. Quand contribuer à l’amélioration des conditions de vie des migrants de la capitale se joint à faire la fête – avec eux.

Depuis 2 ans, l’association Sciences-Po Refugee Help, touchée par la crise migratoire en France et partout dans le monde, s’est donnée pour mission d’améliorer les conditions de vie des demandeurs d’asile. Soutien moral autant que matériel, les initiatives s’enchaînent pour amener une prise de conscience sur ce problème : aide matérielle d’urgence, accompagnement juridique, support administratif, intégration sociale via des cours de français, activités sociales, artistiques et culturelles… L’association réunie aujourd’hui 300 personnes à pied d’œuvre.

Grâce au concept « Beats Accross Boarder », dont la cinquième édition (après quatre éditions qui avaient connu un véritable succès) aura lieu ce mercredi 22 novembre au Génie d’Alex, un lieu éphémère et culturel sous le Pont Alexandre III dont la fermeture est prévue samedi. Les bénéfices des ventes de tickets (à hauteur de 8€ en prévente) auront pour but direct de financer les nombreuses actions d’aide. Raison pour laquelle, parmi le millier de personnes attendues, 200 places seront réservées à l’invitation de réfugiés. Faire la fête avec eux fait intimement partie de leur intégration sociale.

Le programme musical s’attachera à transcender les frontières entre musiques du monde, jazz, techno, set, live ou performances. À compter le voyage au sein des rythmiques touaregs de Salam Desert, l’open mic de la chanteuse, auteure et compositrice franco-brésilienne Agathe Iracema en duo brazilian roots avec le guitariste Eneas Santana, le live techno aux sonorités orientales de Guido Minisky, l’un des co-fondateurs du duo ACID ARAB, accompagné d’un des claviéristes internationaux les plus brillants, Kenzi Bourras. Le DJ set sera confié à Shadi Khries, également contributeur d’ACID ARAB, mélange hypnotique de musiques traditionnelles du Moyen Orient et d’électronique.

Faire la fête pour les réfugiés, avec les réfugiés : un bel événement à découvrir mercredi. Toutes les infos sur l’événement Facebook.