Photo à la une © AFP / LLUIS GENE

Le Grand Théâtre du Liceu de Barcelone a accueilli son premier concert depuis le confinement. Pour remplacer le public, 2 292 végétaux ont été installés dans la salle, puis offerts aux personnels soignants de la ville.

Le pouvoir des images pour témoigner de la paralysie du secteur musical. À Barcelone, le lundi 22 juin et après plus de trois mois de silence, le Grand Théâtre du Liceu a organisé son premier concert… plutôt insolite. À la place du public qui ne pouvait pas y assister, les organisateurs ont installé 2 292 végétaux sur tous les fauteuils de la salle, comme une métaphore de cette période d’inactivité où la nature reprend ses droits. 

« Après une période étrange et douloureuse (…) [ce concert] nous offre une perspective différente de la reprise de notre activité, une perspective qui nous rapproche de quelque chose d’aussi essentiel qu’est notre relation à la nature » a expliqué la direction de l’opéra barcelonais. Sur la scène, le Quatuor UceLi a interprété les Crysanthèmes de Giacomo Puccini, rediffusé en direct. L’artiste à l’origine de cette idée, Eugenio Ampudia, a également expliqué lors d’une conférence de presse que cette initiative avait pour but d’inviter à réfléchir à la « durabilité » des hommes et à leurs « relations avec la nature« .

L’ensemble des plantes, issues de nombreuses serres locales dans les environs de Barcelone, vont être ensuite offerts aux personnels soignants de la ville. L’opéra et les artistes veulent ainsi remercier celles et ceux qui étaient « au front dans cette bataille sans précédent pour nos générations« .