Photo à la une © Ftne

Du 1er au 5 juillet, le plus grand festival de l’Ouest, Astropolis, revient dans toute la ville de Brest. Face à la crise sanitaire, le festival se veut confiant et étoffe sa programmation des nuits de 20 nouveaux noms.

Depuis 25 ans, le festival Astropolis s’est imposé comme LA référence des festivals du Grand Ouest. Cette année encore, c’est toute la ville de Brest que l’événement s’installera pendant 5 jours, du mythique Manoir de Keroual à son port de commerce et sa rade, des clubs au centre d’art contemporain, des parcs aux monuments de son port d’attache.

Il y a quelques semaines, les 7 premiers artistes des nuits avaient été annoncés, avec Identified Patient, Rebekah, Eris Drew & Octo Octa, I Hate Models, Rone et Hellfish. Suite à cette annonce, le silence avait pris le dessus face à la crise sanitaire qui plongent de nombreux festivals dans l’incertitude d’une annulation ou d’un report. Mais Astropolis se veut confiant sur le maintien de cette nouvelle édition. « Nous nous retrouverons après cette épreuve, et la fête n’en sera que meilleure« , explique l’équipe dans un communiqué, qui rappelle vouloir « exprimer sa solidarité envers toutes les personnes touchées par l’épidémie, et rendre hommage à celles et ceux qui travaillent chaque jour en première ligne. »

20 nouveaux noms pour la programmation de nuit

Le jeudi soir, Astropolis s’associera à La Carène avec le festival itinérant Les Femmes S’en Mêlent, qui valorise les ambassadrices et étoiles montantes françaises des musiques électroniques et acoustiques. Ensemble, ils inviteront Lucie Antunes, révélation du label Infiné depuis son album ‘Sergeï’ sorti l’automne dernier, pour un live multi-instruments et plein d’énergie.

© Julia Allio

Le lendemain, l’Astroclub accueillera Phase Fatale, le new-yorkais basé à Berlin reconnu pour sa techno aux influences EBM et post-punk, et résident phare du mythique Berghain. Comptez aussi Mad Miran, une des nouvelles piliers de la scène de Rotterdam qui proposera un set versatile entre jungle, afrobeat, IDM et électro.

Dans le Cabaret Sonique, Identified Patient est rejoint par Interstellar Funk, le néerlandais aux sets audacieux entre house, techno, électro 80’s et autres sonorités analogiques, habitué des institutions locales comme Dekmantel, Rush Hour ou De School.

L’Astrofloor ne sera pas en reste en accueillant la légende nationale Laurent Garnier, le pilier de la dance music allemande Michael Mayer, mais aussi le live techno détonnant du duo KAS:ST, la flèche berlinoise SPFDJ et sa rave galopante entre EBM, acid, trance et hardcore, et enfin les bretons Sonic Crew et leur 20 ans de fidélité à Astropolis.

La Cour accueillera une programmation 100% féminine avec les nouvelles londonienne Peach et Sherelle, l’ovni de la house française Mézigue, et le live acid 100% analogique de Cuften. Enfin, la scène Mekanik promettra elle aussi son lot de légendes avec Manu Le Malin, Chris Liberator, Sterling Moss, le live speedcore de Mouse & No Name, et le jeune producteur espagnol Edub. Le festival ajoute également pour la clôture du dimanche
la ghetto house de Partiboi69, le groove électro breaké de l’australienne Juicy Romance, et The Driver, l’alias techno de Manu Le Malin.

Et la fête risque, effectivement, de n’en être que meilleure.

Retrouvez toutes les informations sur l’événement Facebook, et vos pass sur la billetterie en ligne