C’est l’une des étoiles montantes de la house française. Si le titre vous a intrigué, c’est qu’Armless Kid, après avoir signé sur Classic Music Company (le label de Luke Solomon et de Derrick Carter) ou celui de Radio Slave (REKIDS), partageait cet été les platines aux festivals Suncebeat et Defected en Croatie aux côtés de très grands. Derrière les platines ou derrière ses machines, on parierait qu’il ne vous faudra que peu de temps avant de devenir, vous aussi, accro. En coulisses avant son set ce soir à La Canopée de Châtenay-Malabry, une maison à deux pas de Paris qu’on vous conseille d’aller tester.

La plus grande fierté de ta carrière ?

Mon track Troisième Acte sortie sur REKIDS, généralement je commence à détester mes morceaux 1 ou 2 mois après les avoir faites mais celle-ci reste mon plus bel accomplissement même aujourd’hui. 

Un morceau improbable que tu écoutes en cachette ?

Caballero & JeanJass – A2, après je ne m’en cache pas vraiment d’écouter du rap de lycéenne. 

Avec quel artiste ou personnalité aimerais-tu partager un repas ?

Pierre Moritz, il a vraiment l’air trop drôle ce gars. 

Ton pire « Random memories » de soirée ?

J’ai joué devant un salle vide une fois, je ne dirais pas où par respect pour les promoteurs. C’était la première fois que je me retrouvais dans cette situation, j’étais un peu dégouté mais il y avait 3 gars dans la salle qui sont restés jusqu’à la fermeture. Du coup, j’ai joué pendant 4h pour ces 3 gars, complètement ivres mais tellement chauds, je me suis retrouvé à jouer toutes mes démos acid techno 135bpm pour eux et ils ont pas faibli, j’ai finalement passé une bête de soirée avec eux et j’ai gardé un très bon souvenir de la teuf !

3 morceaux qui ne quitteront jamais ton DJ Bag ou ta clé ?

Kicks – Turn Off The Lights

Joe – Claptrap (très cool pour faire redescendre la tension)

Toma Kami – Dali Bear (pour péter les murs porteurs)

Le vinyle le plus précieux que tu possèdes ?

Précieux en termes d’affection, c’est l’EP de Strip Steve sur Man Band « Chaos2Cosmos » j’ouvre tous mes sets en ce moment avec A1 et puis il représente bien tout ce que j’aime dans l’IDM et la musique électronique en général. 

Sinon en terme d’amour, c’est le test press du Copie Blanche 004 parce que c’est le dernier qu’on fait ensemble et parce qu’il est chouette, on a tourné un clip pour la B2 à base de fischer dans des coupes de champagnes et autres cascades à haut risques. 

Ton premier vinyle ?

Mon premier disque n’était pas un vinyle mais un compact disc, c’était l’album de Timbaland. 

Si tu étais un objet ?

Un couteau à beurre, pour couper le beurre. 

Si tu étais une femme, qui aimerais-tu être ? 

Je pense que j’aurais voulu être Shanti Celeste, parce qu’elle est forte en tout. 

Quel artiste ou groupe aurais-tu aimé voir se produire (vivant ou non) ?

Pierre Moritz, parce qu’il a l’air vraiment trop drôle sur scène. 

Un rituel avant de monter sur scène ?

Me chier dessus. 

Une machine fétiche / préférée ?

Je suis pas très machines mais j’ai ajouté le Digitakt dans mon setup, et c’est bien. 

Ton plat préféré ?

Le couscous de ma grand-mère au Maroc, une valeur sûre. 

Un morceau que tu adores mais que tu ne joues jamais et pourquoi ?

Steven Julien – Bloodline, en réalité je l’ai joué une fois à Lyon, il a bien fonctionné mais je me dis que c’était un one in a million pour qu’il marche dans un de mes sets. Là, c’était au Terminal et faut dire qu’il y a quand même une sacrée vibe dans cette salle. Ça s’y prêtait bien. 

Si tu devais sampler une BO de film ?

La BO d’Akira, comme tout le monde. 

Quelle question aurais-tu aimé que l’on te pose en interview ?

asv ?

Un endroit complètement insolite où tu rêverais de jouer ?

Au Panic Room !

Le track que tu aurais aimé produire (et pourquoi) ?

Pearson Sound – Thaw Cycle, c’est souvent les morceaux les plus simples qui me procurent le plus d’émotions. 

Une anecdote « Dure Vie » à nous raconter ?

J’avais joué à l’International il y a quelques semaines de ça, et je pense que c’était vraiment le public le plus chaud que j’ai jamais eu. Je balance mon closing et je cut pour laisser la place au DJ suivant, la musique se coupe, j’entends des sifflements et des applaudissements du coup j’étais méga refait, trop content.

Souvent, dans ces moments-là, t’as un gars qui veut te taper un high-five et là c’était le cas avec ce mec, devant les platines qui tend sa main en l’air. J’élance vigoureusement mon bras pour ensuite me rendre compte qu’il était juste complètement éclaté et qu’il pensait qu’il y avait encore de la musique. Il était juste en mode put your hands up. Je pense que j’ai mis 5 secondes avant de capter qu’il était juste plus avec nous puis j’ai rétracté ma main. J’y pense encore le soir dans mon lit. 

Samedi 3 novembre (La Canopée Studio, Châtenay-Malabry)La Prochaine #4 Armless Kid

ARMLESS KID : Facebook / Soundcloud