Après avoir traversé l’Atlantique Nord à bord d’un chalutier durant un mois, Romain Delahaye alias Molecule revient avec un second album ‘-22,7°’ enregistré entièrement au Groenland. Entre le témoignage sonore et initiatique, cet opus nous transporte au delà des mers en plein Groenland pour livrer un album audio techno bercé par des sons captés in situ. Plus qu’un simple album, un film documentaire réalisé par son caméraman Vincent Bonnemazou retrace en image son périple et un livre épistolaire et photographique nous narre son récit. Cap sur le Groenland avant sa date attendue à l’Elysée Montmartre le 8 mars prochain.  

Que l’on aime ou non la musique de Molécule – une techno synthétique froide et puissante, rythmée par des sons tout droit sortis de la terre ferme (ou de la mer) – il faut bien avouer que le phénomène intrigue. Avec un premier projet trans-média très bien reçu par la critique :  « 60°43’ Nord » enregistré à bord d’un chalutier durant cinq semaines en plein Atlantique nord – l’artiste, par son audace, épate et séduit. La mer, ce territoire hostile : ses vagues transversales, sa houle oscillante et ses tempêtes incessantes, dont le mouvement immuable fait figure de rythmique. Voilà ce que semble rechercher l’artiste. Accompagné d’un certain goût pour l’aventure et le risque.

Deux ans plus tard, le voilà reparti à la conquête des sons. Cap sur le Groenland pour cinq mois d’immersion au sein de Tiniteqilaaq. Un petit village Inuit à l’est de l’île Groenlandaise dont la population ne dépasse pas les 80 habitants. Peuplé de 300 chiens de traineaux, le lieu s’apparente à un no man’s land, dont l’unique bruit est celui du silence. Ce n’est plus la mer, mais la glace. Pourvue de cette même solitude.

Arrivé à terre, le producteur installe son matériel et transforme sa maison en un véritable home studio de l’extrême (armé de ses multiples synthés, boîtes à rythme et surtout de ses micros derniers cris pour capter ce genre d’écosystème). Comme pour « 60°43’ Nord », il capte et enregistre entièrement sa musique sur le terrain. Son studio fait office d’atelier où il réalise ses productions, sous l’influence de son environnement. 

Pendant 36 jours, il va alors arpenter la banquise et ses fjords pour tenter de conquérir ses sons  « C’est une terre peuplée par les silences qui n’en sont jamais puisque la glace vit, craque, respire. Écouter, c’est aussi une manière de se reconnecter à un environnement, à la nature évidemment mais aussi aux autres. La dimension humaine a été très forte pendant ce périple.” explique t’il.

Au-délà du projet musical, il réalise avec son caméraman un mini-documentaire « Behind -22,7° » qui relate avec justesse son voyage extrême au coeur de la glace.

 » C’est une terre peuplée par les silences qui n’en sont jamais puisque la glace vit, craque, respire. Écouter, c’est aussi une manière de se reconnecter à un environnement, à la nature évidemment mais aussi aux autres. « 

Molécule revient alors avec une nouvelle histoire glaçante : ‘-22,7°. On y découvre à travers ce paysage fascinant, la condition de l’homme en situation de survie, où la chasse fait partie intégrante de la vie de chaque habitant. Le fusil sur le dos, au cas où un ours polaire débarquerait. Entre les sonorités d’un chasseur de phoque et les cris des chiens de traineaux (« Violence »), rien n’est laissé au hasard.

Alors que l’atmosphère froide et glaçante du Groenland s’impose rythmée par le craquement de la glace (« Âriâ ») et vous amène sur cette terre hostile, prête à disparaître à tout moment. Le climat fait aussi des siennes « Certains noms de morceaux désignent des bugs que mes machines ont enduré par le froid comme ‘5951Hz’ ou ‘Artefacts’ » explique t-il. La beauté des aurores boréales sont retranscrites sur certaines images (le clip « Sila »). 

L’album aborde aussi certaines croyances des habitants. Des légendes hantées qui viennent apporter leur part de mystère ”L’avant-dernier titre, ‘Qivitoc’, est un nom que les Inuits donnaient aux faibles chassés de la tribu et qui parfois revenaient, mi-homme, mi-fantôme, rôder autour du village pour se venger. C’est un mythe tellement fort qu’au début des années 2000, le gouvernement payait encore des chasseurs pour lutter contre les Qivitoc. Ce morceau évoque cette croyance troublante en Arctique.

Avec ses 10 morceaux,  -22,7° se rythme d’une techno sombre et mélancolique aux allures troublantes et mystérieuses. La présence non dissimulée des sonorités issues du Groenland fait l’oeuvre d’un témoignage sonore et initiatique, unique en son genre. Contemplatif et inquiet, le nouvel album de Molécule est une quête mentale et empirique qui amène à réfléchir. Certaines thématiques comme le réchauffement climatique, la condition humaine et l’environnement ne sont pas laissées au hasard à travers ce récit.

Découvrez son live glaçant le 8 mars prochain à l’Elysée Montmartre, accompagné d’une nouvelle tournée en France.

L’album : -22.7°C, l’album audio (Because Music/Headbanger publishing)

Le livre -22.7°C,  le livre photographique et épistolaire (éditions CLASSIC)

Le film-22.7°C, le film documentaire (produit par ZORBA, à l’origine du projet « French Waves »)