Podcast de la semaine. Le DJ et producteur originaire de Copenhague Robin Flux, aux signatures sur des labels comme Houseum ou Miura, livre 1h de podcast entre house et garage, hommage aux labels américains et britanniques des 90’s. À écouter sans modération. 

Peux-tu te présenter et décrire ton parcours musical en quelques lignes ?

Je suis DJ / producteur allemand, basé à Copenhague. Je suis fasciné depuis mon enfance par la musique house, la danse et la Club Culture. J’ai commencé à collectionner des disques house et j’ai appris à jouer sur mes premières platines à l’âge de 12 ans. L’ère de la house et du garage à la fin des années 80 et au début des années 90 à Chicago et à New York, ainsi que la scène de la musique électronique au Royaume-Uni, ont eu une grande influence sur mon développement en tant que DJ et producteur.

J’ai commencé sur la scène locale de Cologne, en Allemagne, en jouant aux côtés de DJ Boring, Dam Swindle et Baba Stiltz, entre autre, puis en organisant mes propres événements consacrés à la musique house. En même temps, j’ai sorti ma musique sur divers petits labels et plateformes. Ces dernières années, j’ai commencé à explorer et à me connecter aux scènes musicales du monde entier, en jouant une série de concerts en Asie du Sud-Est. En plus de mon travail de DJ / producteur, j’ai une expérience de danseur et je suis actif dans la communauté house dance qui réunit danseurs et DJs pour partager et échanger différents aspects de la culture house.

Dans quel mood étais-tu lorsque tu as enregistré le podcast ? 

J’ai enregistré ce podcast après avoir participé un dimanche à une session de danse house à Copenhague, appelée « Fuse Point ». J’ai passé toute l’après-midi sur la piste de danse, à échanger et à me connecter avec d’autres danseurs. Lorsque j’ai fait l’enregistrement, j’ai essayé de capturer l’énergie intense et presque spirituelle qui était présente sur la piste de danse. Je danse toujours lorsque je mets des disques, tout comme je l’ai fait lorsque j’ai enregistré ce podcast.

Quel serait le meilleur moment pour écouter ce podcast ?

Je dirai qu’il faut l’écouter dès que vous avez envie de danser, d’échanger avec d’autres personnes, ou simplement de groover pour vous-même et de vous connecter avec votre corps. Cela peut être à n’importe quel moment de la journée bien sûr, mais pour moi, c’est généralement en fin de soirée et la nuit que cette envie se manifeste.

Quels labels et artistes as-tu sélectionné et pourquoi ? 

Le podcast est un mix hybride vinyle/numérique. La moitié des morceaux sélectionnés proviennent de labels américains et britanniques des débuts de la house et du garage dans les années 90, l’autre moitié étant des disques plus récents inspirés de cette époque. Je me sens très lié à ces disques old school et certains d’entre eux m’ont accompagné toute ma vie.

Par coïncidence, j’ai commencé par un morceau de Theo Parrish et terminé par un classique de Terrence Parker, deux légendes qui m’ont toujours beaucoup inspiré. J’ai également choisi quelques titres de l’un de mes labels français préférés, « My Love Is Underground » (MLIU), un label plus récent qui a apporté un regard neuf sur la NY Garage House tout en restant fidèle à ses racines.

Quelles sont tes actualités à venir ? 

En plus d’avoir de nouvelles sorties en préparation, je suis impatient de passer deux mois à New York pour explorer et approfondir la culture underground locale des DJs et de la danse. Avant cela, j’ai quelques gigs à venir à Copenhague et j’espère me produire en Allemagne plus tard dans l’année.

Suivez Robin Flux sur SoundcloudInstagram & Facebook

_____________________________________
ENGLISH VERSION

Can you introduce yourself and your musical background in a few lines?

I’m Robin Flux, German DJ / Producer and Artist, based in Copenhagen. Since my childhood I’ve been fascinated by house music, dance and club culture. I started collecting house records and learned to play on my first turntables at the age of 12. Especially the era of house and garage music in the late 80s and early 90s in Chicago and New York, as well as the electronic music scene in the UK, had a big influence on my development as a DJ and Producer.

I started in the local scene in Cologne, Germany, playing alongside DJ Boring, Dam Swindle and Baba Stiltz, among others, and curating own events dedicated to house music. At the same time, I’ve been releasing my music on various small labels and platforms. In recent years, I’ve been starting to explore and connect with music scenes elsewhere in the world, playing a series of gigs in Southeast Asia. In addition to my work as a DJ / Producer, I have a background as a dancer and I’m active in the house dance community that brings dancers and DJs together to share and exchange different aspects of house culture.

In which mood were you when you recorded this podcast?

I recorded the podcast after joining a Sunday house dance session in Copenhagen called “Fuse Point”, spending the whole afternoon on the dance floor, exchanging and connecting with other dancers. When I did the recording, I tried to capture the intense and almost spiritual energy that was present on the dance floor. I always dance when I put on records, just as I did when I recorded this podcast.

What would be the best time to listen to it?

I envision listening to this podcast whenever you feel like dancing, exchanging with others, or just grooving for yourself and connecting with your body. This can be any time of day of course, but for me it’s usually late evening and night when this mood arises.

Which artists / labels did you select and why?

The podcast is a hybrid vinyl / digital mix. Half of the tracks selected are from US and UK labels from the early house and garage era in the 90s, the other half are newer records that are inspired from that era. I feel very connected to these old school records and some of them have been with me all my life. Coincidentally, I started with a track by Theo Parrish and ended with a classic by Terrence Parker, two legends that have always inspired me a lot. I also chose a few tracks from one of my favourite French labels, “My Love Is Underground” (MLIU), a more recent label which brought up a fresh take on NY Garage House while staying true to the roots.

What are your upcoming news? 

Aside from having new releases in the pipeline, I’m looking forward to spending a couple of months in NYC to explore and dig deeper into the local underground DJ and dance culture. Before that, I have a few gigs coming up in Copenhagen and I hope to perform in Germany later in the year.

Follow Robin Flux on SoundcloudInstagram & Facebook