En Allemagne et en particulier à Berlin, les clubs s’adaptent pour rouvrir partiellement leurs portes. La solution : exploiter leurs parcelles en plein air pour se transformer en Biergarten, des brasseries à ciel ouvert sous fond de musiques électroniques.  

Face à la crise, les clubs de Berlin sont toujours contraints de rester fermés et ce pour une durée encore indéterminée. Alors pour s’adapter à la situation et accueillir leurs publics au même titre que les cafés et les terrasses, ces lieux de culture à part entière ont choisi d’adopter de nouvelles solutions, notamment en adoptant la solution du « Biergarten« , ouvrir en tant que brasseries en plein air dotées de jardins ou de terrasses. 

Pas de dancefloor pour respecter les gestes barrières

En tête de file, le Sisyphos, célèbre club à ciel ouvert implanté dans une ancienne usine du quartier de Rummelsburg, a annoncé sur sa page Facebook que l’établissement serait ouvert du vendredi au dimanche, de 15h à 22h. Sur place, interdiction formelle de danser pour respecter les gestes barrières en vigueur, troquée contre un service à table chaleureux pour profiter du soleil, sur fond de musique. L’entrée est évidemment gratuite et il faut y « amener un masque« .

C’est aussi le cas des clubs ://abouk blank et YAAM qui hésitent mais devraient rouvrir partiellement dans les prochaines semaines, ou du Brigit & Bier à Kreuzberg, à la croisée du café et du club, qui a opté pour ce choix en relançant son café en plein air et sa pizzeria. 

En Allemagne, les grands rassemblements sont interdits jusqu’à septembre, et les experts s’accordent pour un redémarrage des lieux festifs seulement à la fin de l’année. Le pire scénario évoque l’automne 2021