Photo à la une © We Love Green festival, Maxime Chermat

Après une réunion avec la ministre de la Culture Roselyne Bachelot, les professionnels attendent l’échéance du 15 février pour obtenir « des pistes concrètes pour la tenue de [leurs] événements cette année ». 

Ce vendredi 29 janvier, une partie des organisateurs des festivals français et Technopol, l’agence d’accompagnement et de défense des musiques électroniques en France, ont pu prendre part à une réunion en téléconférence avec Roselyne Bachelot et ses équipes.

Sujet sur la table : la tenue des festivals en 2021, alors que la ministre de la Culture assurait le 5 janvier dernier que le gouvernement « fera tout » pour qu’une nouvelle saison noire n’ait pas lieu cette année. À l’issue de cette réunion, le prochain rendez-vous a été fixé au 15 février, et les représentants des festivals attendent « des pistes concrètes » afin de sauver un secteur mis à mal depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier. 

Dans un communiqué commun, le Prodiss (ou SMA, le syndicat national des du spectacle musical et de variété en France) précise que « les festivals ont exprimé à l’unisson leur forte mobilisation pour la reprise de leur activité, après une année 2020 quasi-blanche pour tous. » Cette année encore, ils sont nombreux à être « confrontés à l’incertitude » et attendent « une réflexion concertée avec les pouvoirs publics sur les modalités d’une reprise des festivals pour que celle-ci soit viable« . Mais au-delà des festivals, le Prodiss songe aussi au secteur événementiel et « tous les types de spectacle qui ont, comme les festivals, un dénominateur commun : proposer des jauges debout. » Leur souhait est de « croire que l’Etat est au rendez-vous et soutiendra la profession. » 

15 jours pour sauver les festivals

Les professionnels du secteur devront donc attendre le 15 février pour avoir des réponses. « Nous attendons des réponses concrètes à cette échéance. », poursuit la voix commune de ces représentants dans le même communiqué. Dans 15 jours, ils attendront « des propositions claires du Gouvernement sur les conditions et les modalités de la reprise » et « des décisions sur l’accompagnement du secteur dans ce contexte« . 

Des initiatives pour faire redémarrer le secteur événementiel sont pour l’instant à l’étude en France, avec l’organisation d’un double-concert de 1000 personnes à Marseille et des pistes étudiées à Paris. 

Retrouvez le communiqué complet du Prodiss ci-dessous.